KERNEL

ensemble of live electronic music

 

KERNEL is the project of a small musical ensemble specialised in "live" interpretation of large-scale composed electronic music.This simple phrase already raises  the questions and reflexions having generated this desire:
_ Using the computer as a "real" instrument  - thus not restitution of beforehand fixed sounds (sound-files, samples, sequences), but real time creation and synthesis of sound. What does it mean to "play" a computer?
_ Composition of a "live" electronic music - thus development of a language, a written one (and one can feel it will be defined outside of the classical solfeggio), which should permit to imagine, define,  the electronic music. Real composition and not graphic notation of existing sounds ;
_ Interpretation of such a music - which are the possible variables and limits which can be changed in the course of playing without losing the compositional idea; in other words where is the "essence" of such or such composition?

CDs

KERNEL is also on myspace. It's here

CDs & reviews

"KERNEL#2 (second version)"

The fourth CD of KERNEL, september 2009, on R.O.S.A.

KERNEL#2 (second version) is a re-creation of their first CD, KERNEL#2, two years later. Exactly the same score, but a differnet interpretation - a much longer one (53 minutes) and with much more density to it.
Actually this CD defines very much what KERNEL is about - live interpretation of written scores of electronic music. Comparing the 2 versions is something... !!

 

"D.R."

The third CD of KERNEL - with still the same musicians - Eryck Abecassis, KTToeplitz & Wilfried Wendling - released in september 2009 on R.O.S.A.
On this CD, two electronic compositions , and the first piece played by KERNEL but written by someone else than KTT - which is for sure a "first" but is also the beginning of the "second phase" for KERNEL.
1/ DUST RECONSTRUCTION (KTToeplitz)
2/ DROWNING REPORT (E Abecassis)

The DEEP
___Second CD, released in october 2008. On ZORA_RECORDS
The DEEP is an architecture of accumulations of grainy textures, layers of destructured, decomposed and distorted sounds - a long flow of a constant acceleration, freely inspired by the gesture of Pollock's painting. In its center a fake calm, a slow, sub-bass breathing. As always with kernel the music is fully pre-composed (and the score can be downloaded from the group's web page) and is played live - using mostly computers - in real-time synthesis (no samples, sound files nor sequencers) by the three musicians.

_____Romaric Gergorin, artnet
Avec Kernel, son trio d’ordinateurs humains, le compositeur Kasper T. Toeplitz met en musique l’angoisse abstraite que lui inspire Jackson Pollock. Ou comment l’art des bruits exprime le bruit des cœurs.
Tout commence par un brouillard sonore indistinct fait de saturations et de vrilles stridentes, puis un canevas organique innommable prend forme, un chaos grondant s’empare d’un espace opaque traversé par différents motifs et grésillements : bienvenue dans l’univers musical de Kasper Toeplitz !
Ce compositeur et musicien assez radical présente ici sa nouvelle pièce électronique qui associe écriture contemporaine et musique noise. Qu’est que la musique noise ? Autrement appelé musique bruitiste, ce mouvement remonte au début du vingtième siècle quant le chef de fil du futurisme, le peintre et compositeur Luigi Russolo publie L’art des bruits. Ce livre manifeste appelle à une musique des bruits qui retranscrirait les nouvelles perceptions qui accompagnent la révolution industrielle et le basculement de la civilisation occidentale dans l’univers urbain moderne. Chez les futuristes, l’isolement de l’élément sonore et du détournement de sa nature fonctionnelle va dans le même sens que la recherche esthétique des premiers peintres constructivistes qui séparent la matière de son identité artistique traditionnelle, pour créer des nouveaux agrégats ou la forme se libère du contenu.
Malevitch ou Rodchenko saisissent toute la modernité géométrique de la ville tout comme le Gran Concerto futuristico de Russolo met en musique son battement cardiaque, fait d’une constellation de bruits urbains qui se battent pour l’occupation de l’espace. Puis vint les expérimentations d’Edgar Varèse, Pierre Schaeffer, et des compositeurs plus récents comme Giorgi Ligeti, Iannis Xenakis ou Karlheinz Stockhausen ; la musique électro-acoustique cherche à mettre en sons les mutations métaphysiques de l’intériorité humaine, quant la psyché est assiégée par un monde automatisé qui la passe au crible machinal.
Kasper T. Toeplitz s’inscrit dans cette dialectique assez politique ou la musique exprime un univers hostile et agressif, une humanité sans humanisme ou l’homme peine à conserver son intégrité spirituelle. Ce nouveau projet, The Deep, est une pièce électronique post apocalyptique pour ordinateurs, inspiré du tableau éponyme de Jackson Pollock. Comme le peintre abstrait américain, Toeplitz applique la technique du dripping, projection des couleurs sur une surface, mais ici il s’agit d’un dripping « sonique » : des motifs électroniques sont jetés dans un espace sonore déterminé par des ordinateurs.
Cette démarche singulière donne forme à un univers froid et métallique, ou dans la brume et le vent, des stridences spirituelles mènent un combat de sensibilités. Une véritable narration bruitiste se déroule dans ce climat polaire qui conjugue L’Enfer de Dante et le Klang de Stockhausen, dans un paysage dépouillé de toute transcendance qui ne peut faire penser qu’à Samuel Beckett et sa post humanité erratique.
La musique de Kasper T. Toeplitz est celle de l’effroi et de l’âpreté hyper urbaine en réseau. On y sent à chaque instant la justesse de la construction de cette fresque implacable dont le lyrisme livide parvient parfois à dominer ce climax des sens déréglés par l’angoisse. The Deep, qui est une pièce à partition écrite pour ordinateurs, ce qui est plutôt rare si ce n’est unique, s’achève en nous faisant oublier Victor Hugo et son inlassable « la musique est un bruit qui pense » pour préférer ajouter du mystère au mystère en allant du coté du Roland Barthes élégiaque : « la musique se tait toujours. Elle ne s’encombre d’aucuns discours ».

_____Laurent Catala, OCTOPUS
Rarement un disque aura aussi bien porté son nom. Continuité du projet Kernel développé par le compositeur Kasper T. Toeplitz, The Deep déploie sa magnitude sismique étrange dans le principe de composition écrite adaptée à la musique électronique voulue par l'artiste d'origine polonaise et son trio (avec Eryck Abecassis et Wilfried Wending) d'interprètes laptop, initiateur d'une approche résolument instrumentale de la pratique digitale. Pour ce faire, The Deep respecte les formes avec une approche live exprimée dans une synthèse en temps réel de sources électroniques, quelques ajouts analogiques et un refus d'utilisation de fichiers sons et autres samples. Mais, surtout The Deep transcende le fond en déroulant pendant une heure de progression tellurique une onde à la fois raffinée et complexe de fluides synthétiques oscillant entre luminosité et tension sous-jacente. Un affinement de la méthode qui porte ses fruits.

_____Dan Warburton, Paris Transatlantic
The Deep is the latest composition – and we're definitely talking composition here: you can even check out the score online at the sleazeart website, and very interesting it is too – by Kasper Toeplitz for Kernel, his laptop trio with Eryck Abecassis and Wilfried Wendling. There's plenty of information about the group and their instrumentation (i.e. software, for the most part) at the sleazeart site, but no amount of background reading and scrutiny of KT's pdfs (you'll need a smattering of French) can prepare you for the impressive 59'33" of The Deep. Since Paul D. Miller and his chums made Xenakis suddenly hip a few years back, far too many musicians have been quick to claim some kind of Xenakis street cred, but very few compositions pack the clout of Bohor or La Légende d'Eer. Happy to report that The Deep is one of them. Toeplitz has a real feel not only for the large form – which is not simply a question of taking a short form and stretching it out: ask Eliane Radigue, who worked closely with KT on the realisation of her Elemental II back in 2004 – but for the surface and texture of the sounds he and his playing partners choose to articulate it. Any self respecting fan of Xenakis, Radigue or EAI for that matter (putting any anti-composer prejudice aside) should check this splendid work out at the earliest opportunity

_____Frans de Waard, Vital Weekly
Despite his long career music by Kasper T. Toeplitz hasn't been reviewed a lot, perhaps that's because he's mainly performing live and composing on paper. I saw him performing his own work as well as Eliane Radigue's work, which was great, even when a bit heavy weighted. Toeplitz also performs with others, such as Zbigniew Karkowski, here he works with a group, Kernel. A laptop trio of himself, Eryck Abecassis and Wilfred Wendling. They are however not an improvising laptop trio. They play scores, and here they perform 'The Deep', as composed by Toeplitz. How the composition looks like is shown here http://www.sleazeart.com/KERNEL_docs/TheDeep_score.pdf. Fascinating that is, I think, even when, despite my name, my French is limited. I therefore can't say wether they perform the piece as written, but I'm bound to believe so: why would Toeplitz release it? A work of an hour long, which starts out for a fair portion of good loud digital noise, but when it takes gear back something a lot more interesting starts to happen, with sizzling electricity, burning sounds, short circuit like sounds and more such like. Kernel uses the entire sound spectrum, from the very deep bass end to the ultimate high end. Still a heavy work by any means. Very serious, but perhaps my judgment here is clouded by looking at score and the pictures of them at their website. How I would have felt when I didn't know this? Hard to tell of course, since I know this. Still a heavy weight work, full of seriousness, but one also with a lot of beauty inside. Not easily given out, but one that requires attention (of course a rare thing these days, but try it!)

_____Paul Takahashi, Guts of Darkness
Vous le voyez sans doute mal sur l'image, mais une discrète ligne rouge coupe le nom de Kernel sur la pochette. Elle pourrait être tout à fait insignifiante mais elle reflète à mes yeux la structure même des profondeurs de la composition de Kasper T. Toeplitz. Exit pour cette fois la fameuse BassComputer, cette basse électroaoustique reliée à des patches Max/MSP qui fait son petit effet à chaque représentation : Kernel est une formation qui invite les musiciens à ne jouer qu'à l'ordinateur. Mais contrairement à Masami Akita (pour ne citer que le plus connu), Toeplitz ne mise aucunement sur l'improvisation : ses compositions sont clairement écrites jusqu'à un certain point et c'est aux interprètes de faire au mieux avec leurs appareils. Mais revenons à cette ligne rouge : elle semble apparaître à plusieurs moments dans la composition, sous la forme d'une fréquence suraiguë continue (on commence à connaître les goûts de Toeplitz pour les aiguës comme en atteste le très douloureux titre du Dépeupleur sur la compilation 'Erratum #4') qui tiendrait l'ensemble sur un rail de caméra, pour nous faire goûter au vertige d'une plongée abyssale dans le vide des abstractions sonores les plus rudes. 'The Deep' n'est pas violent malgré une ouverture et une fin musclées, c'est un nouveau tableau à ajouter à la collection des paysagistes isolationnistes (Andrew McKenzie mais aussi Dan Burke (Illusion of Safety) voire Xenakis pour remonter un peu le temps), et quel tableau ! Un vide aspirant qui nous fait glisser dans des contrées sonores arides habitées par tout sauf quelque chose de vivant, comme ces minuscules mais incessants crépitements ou encore ces étranges passages stéréophoniques de granulations à mi-parcours, dans un désert nocturne où les drones criquètent au loin. Deux échelles se partagent 'The Deep', comme une action et un décor : d'une part des évènements plus ou moins spontanés qui évoluent rapidement, maintenant l'attention de l'auditeur et d'autre part un environnement beaucoup plus lent et modulé qui se joue des dimensions de l'espace pour l'agrandir à sa guise. Et toujours cette petite ligne tranchante, qui refait surface à plusieurs moments pour nous indiquer la direction à suivre et éviter ainsi l'écueil de la distraction. Il y a ce que l'on écoute et il y a ce que l'on entend, et c'est dans ce nivellement des sons que la magie s'opère. Beaucoup de mots et je suis encore loin du compte : c'est une fois de plus l'expérimentation individuelle qui prime. 'The Deep' vous tient, vous ballotte et vous amène sans heurts au fond du gouffre, dans une nuit perpétuelle où seules vos oreilles vous serviront à voir.

KERNEL#2
___First CD, released in August 2007, just in time for KERNEL's first concert. On R.O.S.A. records
KERNEL plays Kernel#2, a composition by Kasper T. Toeplitz (based on the first part of an older score "Kernel"). A 40 minutes long study in noises as the only sources are electronic noises of different colors - from black to blue - and textures, filtred, granulated and mutated; reaching for the fragile moments between pitch and sound, between light and shadow.

 

_____Laurent Catala, on the web-magazine OCTOPUS
...Kasper Toeplitz poursuit depuis plusieurs années un travail de recherche poussée sur une utilisation « musicale » de l’ordinateur, qui permettrait à tout musicien de l’utiliser comme un véritable instrument, - c’est-à-dire en revalorisant la notion de jeu, d’interprétation de partition - et non plus comme un simple appareil permettant de restituer et d’agencer des fichiers sonores préenregistrés. Kernel # 2 marque une nouvelle étape dans cette démarche en croisant une écriture musicale spécifique, baptisée « métalangage », et une interprétation en temps réel qui donne la primauté à l’instrumentiste sur le compositeur. Chacun des trois instrumentistes de l’œuvre (Eryck Abecassis, Wilfried Wendling et Kasper Toeplitz) a donc au préalable configuré son ordinateur pour atteindre un degré de fluidité et d’équilibre sonore qui tranche fortement avec l’approche souvent improvisée et impromptue des masses sonores utilisées dans les musiques dites bruitistes. Progressivement, l’expérience d’interprétation musicale du départ laisse sa place à une trame sonore cohérente, précise dans ses jeux de granulation et dans son exercice de liaison improbable entre matière sonore et note stabilisée. Une approche redoutable d'efficacité sensorielle....

_____Zipo, AufAbwegen
No sound files, no samples” vermerkt Kasper T. Toeplitz auf dem Cover von Kernel#2, der CD seines Computertrios Kernel. Der Verweis auf die historische Gangart der Live-Elektronik macht insofern Sinn, als dass das akustische Resultat eine solche Entstehung eben genau nicht vermuten lässt. Es ist schwer vorstellbar, dass das zunächst zarte, nebulöse Flirren und Rauschen, welches sich zu einem kraftvoll-hektischen Brutzeln steigert, das Resultat von Improvisationssessions sein könnte. Hier wirkt nichts dem Moment oder der Zufallsentscheidung überlassen: bis hin zum zornigen Stieben einzelner grauer Schnaubtöne in den luftleeren Raum hinein. No hope, no fear.

 

**************KERNEL NEWS

june 4, 2010   Concert in Eglise St Merri, Paris. KERNEL#2 & Oraison (O. Messiaen)
january 30, 2010   Concert in Planetarium, Poitiers. KERNEL#2 & Drowning Report
october 22, 2009   Concert in LU, Nantes. THE DEEP
october 7, 2009   Concert at festival Sonorités, Montpellier. DUST RECONSTRUCTION & Drowning Report
september 2009   Releases of 2 new CDs "D.R." and "Kernal#2 (second version)" both on r.o.s.a. (r.o.s.a. is here )
march 14, 2009   Concert at festival PrésencesElectroniques (GRM, 104, Paris). THE DEEP
dec 6, 2008   Concert at festival Musiques Démésurées (Clermont-Ferrand). Kernel#2 and Drowning Report
october 2008   Release of the second KERNEL CD, The DEEP on Zora_Records (Zora is here )
oct 8, 2008   Concert at "Elektricity" (Reims). THE DEEP
june 2008   Recording of KERNEL#2 (new version) , THE DEEP and DUST RECONSTRUCTION
may 31, 2008   Concert at "Ménagerie de Verre" (Paris). THE DEEP
may 30, 2008   Concert at "Ménagerie de Verre" (Paris). Kernel#2 and DUST RECONSTRUCTION
may 25, 2008   Concert in Padova (Italy). THE DEEP
may 23, 2008   Concert in Cueno (Italy). Kernel#2 and DUST RECONSTRUCTION
may 10, 2008   Concert at "Rencontres Musiques Electroacoustiques " (Chartres). Kernel#2
april 16 , 2008   Concert at "Maison des Métallos " (Paris). THE DEEP
march 8, 2008   Concert at "Espace Pasolini" (Valenciennes). Kernel#2 and DUST RECONSTRUCTION
march 7 , 2008   Concert at "Instants Chavirés" (Montreuil). DUST RECONSTRUCTION
january 16, 2008   Concert at Musée d'Art Moderne de Strasbourg. Kernel#2 and DUST RECONSTRUCTION
january 2008   Work with the video-artist Anne Delrieu on KERNEL-to-DUST video.
september 16th, 2007   First concert of KERNEL - a live version of KERNEL#2, in Paris, Couvent des Recollets
august 2007   Release of the first KERNEL CD, KERNEL#2 on r.o.s.a. (r.o.s.a. is here )
july 2007   Mixing & mastering of KERNEL#2. The cover is done by Anne Delrieu (Enna).
june 2007   Recording of KERNEL#2
march 2007
  First meetings about the KERNEL project

 

**************COMPOSITIONS

 
KERNEL#2

by K T Toeplitz [2007], based on "Kernel" which was premiered in 2002, KERNEL#2 is a fully rewritten piece. Its main sonic ingredients are noises or "pitched noises" - this moment when a noise gives, carries, the idea of a "note", but not quite. A study in noises and their colors. Only at the end of the piece "clear" sounds (close to sinusoids) appear. The duration of the piece is a little more than 40 minutes.
KERNEL#2 is written to be played by 3 musicians.
The score of KERNEL#2 is here ______________________________
A short extract/demo, in mp3, is here __________________________
An article/announcement published by "Les Cahiers de l'ACME" is here

 
DUST RECONSTRUCTION

Dust Reconstruction - written by KTToeplitz in 2007, and commissioned by Radio-France - is meant from the beginning to be played by different instrumentations, different people. So it was natural to imagine KERNEL playing it. The duration of Dust Reconstruction is 37 minutes.
The page about Dust Reconstruction is here____________________
The score of Dust Reconstruction is here_______________________ and here
A short extract/demo, in mp3, is here __________________________

 
The DEEP

Composed in 2008 by KTT, The DEEP has a duration of 59'30". A much more "violent" or "noise-oriented" piece, composed of many layers of destructured, distorted sounds.

The score of The DEEP is here ______________________________

 
 
 
 

**************MUSICIANS

Currently the musicians of KERNEL are:

  Eryck ABECASSIS
http://www.eryckabecassis.com/
   
 
  Kasper T. TOEPLITZ
http://www.sleazeart.com/KTT.html
   
 
  Wilfried WENDLING
http://wendling.free.fr/
       
 
***********************
   
  Alexandrine is the person to contact for all info & booking
e-mail
       

All the musicians play computers - so far the main software used is Max/MSP, and various plug-ins (GRM Tools, mda, OhmForce....), but we recently added Csound and Reaktor, both running inside of MaxMSP. Each musician build its own patches - the writing of the patch is very much part of musician's interpretation of the composition: like building and learning and exploring its own instrument. Some external, analog, devices are used - Eryck also plays a Sherman Filter, Kasper plays a no-input custom-made FuzzBox in "Dust Reconstruction"- as are some controllers - Doepfer midi controllers, MESI/Eobody USB devices, Wii remote controls. This set-up can of course evolve and change (and is slightly different for each piece) but the computer is the core of each set-up. Some MaxMSP objects are "custom-made" - Pierre-Alexandre Tremblay wrote a beautiful band-pass object, we also tend to use quite a lot the "Litter" library of objects (written by Peter Castine).
The recording (and mix) of the CD was made in ProTools.

 

 

**************DOCUMENTS

KERNEL   __a presentation of the project, what it is all about and why, can be found in pdf
    _____________________________________________________here (the french version)
    _____________________________________________________here (the english version)
    __ an interview (in french) after the premiere of Kernel (the piece which started it all), in "Les cahiers de l'ACME", done by Roald Beaudoux, is here, in pdf
    __an article about "Computer as instrument" (in french, "Ordinateur comme instrument") written by KTToeplitz and published for the JIM 2002 (pdf) is here
    __a short video, made by Anne Delrieu, of our first concert is here

 

 

Some Reactions:

_____Wild Orion, on her blog, after our first concert, Couvent Des Recollets

compte rendu par mes oreilles du concert de Kasper Toeplitz à l'occasion de la sortie de l'album Kernel 2 entendu à l'Eglise des Recollets le 16 septembre dernier ...

J'aime beaucoup l'église de Recollets, on se croirait presque en Italie et le charme de sa décrépitude toute entretenue et maîtrisé rajoute au cachet du lieu.
Idéal pour Kernel 2 ...

Ce fût un très bon concert - un voyage dans la matière du son
extremement maîtrisé, tenu, tendu, tiré, jusqu'au bout de l'idée, assumé
délivré tel que pensé...

Une musique qui est fondamentaliste, essence
qui transcende
on dépasse le sonore pour aller caresser la substance
l'essence
le point et son tout
tissus de matières
étirements, parfois enchassés dans la matrice étroite des grains
on devine au loin une forme floue
mais déjà elle est absorbée
flux
grains
vitesse
on est projeté hors de soi
on circule à la vitessse de la lumière
notre pensée s'étire avec le son
notre pensée
par les oreilles devient ce grain ce point ce kernel

Très beau moment immersif

L'écoute de l'album ne dispose pas des 4 points de spatialisation mais cela n'enlève en rien
à la qualité de l'oeuvre, tout y est intact.

 

_____Laurent Catala, on the web-magazine OCTOPUS, about the Kernel#2 CD

...Kasper Toeplitz poursuit depuis plusieurs années un travail de recherche poussée sur une utilisation « musicale » de l’ordinateur, qui permettrait à tout musicien de l’utiliser comme un véritable instrument, - c’est-à-dire en revalorisant la notion de jeu, d’interprétation de partition - et non plus comme un simple appareil permettant de restituer et d’agencer des fichiers sonores préenregistrés. Kernel # 2 marque une nouvelle étape dans cette démarche en croisant une écriture musicale spécifique, baptisée « métalangage », et une interprétation en temps réel qui donne la primauté à l’instrumentiste sur le compositeur. Chacun des trois instrumentistes de l’œuvre (Eryck Abecassis, Wilfried Wendling et Kasper Toeplitz) a donc au préalable configuré son ordinateur pour atteindre un degré de fluidité et d’équilibre sonore qui tranche fortement avec l’approche souvent improvisée et impromptue des masses sonores utilisées dans les musiques dites bruitistes. Progressivement, l’expérience d’interprétation musicale du départ laisse sa place à une trame sonore cohérente, précise dans ses jeux de granulation et dans son exercice de liaison improbable entre matière sonore et note stabilisée. Une approche redoutable d'efficacité sensorielle....

 

_____Gladys Deussner, after the concert in Strasbourg (premiere of Dust Reconstruction)

Trois hommes envoûtent l'âme et l'oreille, c'est Kernel. Leur musique n'est pas seulement de celle qui s'écoute. Elle nous gobe, nous lacère et nous rejette, pour mieux nous englober, à nouveau. Nos sens ne subissent aucun ménagement. Et on en redemande, tant le concert se fait expérience collective. Plus de barrières entre la salle et la scène, grâce aux sonorités-matières. Fini le temps du spectateur qui végète sur son siège, prêt à se déconnecter. Son corps tout entier vibre désormais, en accords, avec les fréquences électriques des ordinateurs. II tente de lutter pour récupérer sens et entendement. En vain. Les hommes de Kernel, nous dressent, depuis la scène, en jouant avec des wiimote. Il nous faut laisser nos émotions osciller, au grès de leurs partitions. Puis, l'oreille, retranscrit, à sa manière, ce qui lui parvient, entre rêverie et haute réalité expérimentale.

Kernel : WIKIPEDIA : Un noyau de système d'exploitation (abrégé noyau , ou kernel en anglais), est la partie fondamentale de certains systèmes d'exploitation. Elle gère les ressources de l'ordinateur et permet aux différnts composants — matériels et logiciels — de communiquer entre eux.